Le trading des options binaires en Europe

Depuis 2015 les organismes et autorités de contrôle financier alertent les particuliers sur le trading en ligne des options binaires et du forex. Considérés comme des activités à risque, le trading est tout à fait légal alors que de nombreuses personnes souhaitent une interdiction. Alors pourquoi ces sociétés sont reconnus par les organes officielles ?

Tous ne sont pas des arnaqueurs

Les brokers escrocs sont actuellement chassés par les autorités européennes. D’ailleurs un message commun commence à ressortir “les options binaires et le forex sont des arnaques avec des courtiers peu scrupuleux”, message qui est bien sûr relayé par les personnes escroquées et qui vient plomber l’ensemble d’une profession. Car oui, il y a des arnaques, mais non, ils ne sont pas tous arnaqueurs.

Il suffit de voir des courtiers comme OptionWeb, TopOption ou encore 24option qui possède une régulation et les autorisations et qui ne souhaitent pas perdre leur licence d’exploitation car cela voudrait dire la perte du marché européen.

Lorsque l’on voit par exemple en Espagne sur ce site, des courtiers comme 24option sont toujours bien classés. Comme quoi le sérieux paye et les européens restent lucides.

La régulation en question

regulation-option-binaire

La question de la régulation doit également être posée. Les nombreux organismes qui interviennent ont toutes un rôle différent et il faudrait une véritable clarification des normes et surtout une réelle protection des internautes.

L’interdiction ne résout pas le problème mais les différents organismes de protection doivent prendre leur responsabilité. Ainsi, à partir du moment ou vous bénéficiez d’une licence d’exploitation d’un pays européen, vous pouvez exercer sur l’ensemble de l’UE.

Ensuite vient la problématique du litige. Par exemple pour la France, si un courtier possède la licence CySEC et donc une autorisation de l’AMF, ces deux organismes n’ont pas pour rôle de défendre l’intérêt de l’internaute mais de juger si le courtier doit voir sa licence suspendue ou si une amende et un rappel doivent être effectuée. Pour une plainte vous devez vous tourner vers l’ACPR Banque de France, du moins pour l’hexagone.